La Plaine en images après la Grande Manifestation du 20 octobre 2018.

Don de la ZAD de Notre Dame des Landes. Passage de relais faite en chanson.

Foot Mixte.

Au dessus du Bar Jean Jaurés. La Plaine.

La Charpente offerte par le lieu Le Gourbi de Notre Dame des Landes.

Balayage en autogestion à la Plaine.

C’est tout dire.

Publicités

Manifestation pour des villes vivantes, vertes et populaires.

En défense de la Plaine, demain, 14h Manifestation au Vieux Port déguisé et festif contre le projet de requalification de la Plaine.

Barricades à la Plaine.

Communiqué de l’Assemblée de la Plaine du 17/10/2018

Requalifions le chantier de la Plaine !

Mardi 16 octobre toute la journée, 38 arbres ont été abattus sur la place Jean-Jaurès, quartier de La Plaine, à Marseille. Mercredi 17 octobre dans la matinée, les troncs et les branchages ont été sciés et chargés dans des camions en direction de la décharge. La plupart de ces arbres étaient en bonne santé et pour certains âgés de 40 ans. Parmi eux, 7 tilleuls, dont la coupe n’était pas prévue dans le projet de la Soleam. L’association La Plaine sans frontières, qui a déjà déposé un recours devant le tribunal administratif contre l’abattage de tous les arbres, a décidé de porter plainte contre ce nouveau coup de force complètement illégal.

Au milieu de ce chantier de destruction massive, des dizaines de personnes, en colère et en pleurs, ont tenté d’interpeller les ouvriers pour qu’ils cessent le massacre. Ils auraient pu invoquer un droit de retrait tant ce chantier est en contravention avec les plus élémentaires des règles de sécurité, les engins manœuvrant à côté des opposants, dont certains étaient montés en haut des arbres, et même des passants sur le trottoir. Alors qu’un peu partout dans le pays on plante des arbres pour symboliser l’avenir, à Marseille, la mairie s’en débarrasse sans scrupules.

Contre la résistance à mains nues des opposants, un dispositif policier démesuré est déployé (jusqu’à 30 fourgons de CRS, des dizaines d’agents de la police municipale, de la Bac et du GIPN…), cherchant à faire peur et à provoquer. Hier, 8 personnes ont été interpellées parmi lesquelles celles montées dans les arbres. D’autres ont été brutalisées, arrêtées de façon arbitraire. Une femme a eu le bras cassé après qu’un CRS l’a violemment jetée à terre. Une autre a été laissée sans connaissance sur la chaussée pendant de longues minutes. Une autre encore a reçu un violent coup de poing dans l’œil. Tout aussi arbitraires, les arrestations et les charges accompagnées de matraquage et de gazage tous azimuts. Aujourd’hui encore, une personne a subi une arrestation musclée et dépourvue de motif. Concernant ces personnes arrêtées et pour lesquelles un groupe de soutien juridique a été créé, 3 ont été libérées sans suite, une est toujours retenue au commissariat et 5 n’ont pu être contactées.

Malgré le saccage orchestré par la mairie et la Soleam, malgré les intimidations de la police, l’Assemblée de la Plaine appellent toutes celles et ceux qui veulent vivre dans des villes vivantes, vertes et populaires à continuer à s’opposer au chantier en cours.

Fora Soleam, Gardarem La Plana !

Touchez pas à la Plaine. ( Paroles)

On remet en ligne le lien avec les paroles que tout le monde connait:

https://lutteenchantee.wordpress.com/2016/02/12/touchez-pas-a-la-plaine-version-longue/

La journée suivie par les fameux reporters de MIA et une vidéo de la Journée Arbre fort instructive sur Primitivi: https://mars-infos.org/la-plaine-semaine-2-3429

href= »https://lutteenchantee.files.wordpress.com/2018/10/marchc3a9-de-la-plaine.jpg »>

Déambulation sur le marché de la Plaine Septembre 2018.

Manifestation samedi 13 octobre 2018.

Arbre abattu la Plaine Mardi 16 octobre 2018.

Forains sur la Canebiere.
Photos Patxi Beltaiz sauf pour l’arbre abattu.

Atoll de rencontres.

La Soleam communique suite aux journées de démarrage des travaux.

Samedi 13 octobre, des manifestants, peut être même zadistes ou zadeux, contre le projet absolument concerté de rénovation de la Plaine ont pu gouter aux prémices des ces atolls de rencontres promis par la SOLEAM, le société d’aménagement en charge de ce dossier. Certains énergumènes ont failli connaitre la taule tout bonnement. Sur le tapis central, ils ont pu recevoir de petites grenades lacrymogènes  et gouter à l’archipel de la matraque. La police montée sur les gradins de la Plaine avaient déjà cru gagner mais jamais l’atoll de rencontres ne s’est évaporé tant la joie du deck était palpable. Sous les casques des compagnies de sécurité on sentait monter la Djoi ( occitan) de la piétonnisation car chacun pouvait courir au devant des grenades. Finies les voitures que nous laissions pourrir la place.  Le coté si cool du Street art  avait été testé le long de la manifestation avec Vive la Plaine, Dehors la Soleam. On attend avec impatience les  végétalisations promises mais d’abord en coupant 80 arbres. Nos enfants pourront monter dans des édicules pas du tout ridicules. Le futur déambulatoire a pu être testé déjà deux fois grace aux CRS. On y a couru dans tous les sens, respirant l’air vivifiant de la démocratie. Car à Marseille la majorité municipale a été aussi bien élue que notre président. Puis merci à cette chorale qui a égayée la place avec tous ces fumigènes. Dimanche c’est enfin une place apaisée que nous avons retrouvée. Allez toute la semaine dire bonjour aux valeureux policiers qui rendent ce quartier plus vivant chaque jour. Que de belles rencontres vous ferez, chers concitoyens.

Gérard, votre ami.

Bataille de la Plaine.

Manifestation à 14h Cours Julien ce samedi 13 octobre. Contre la répression et le projet couteux de rénovation de la Plaine. Pour une Plaine Vivante.

Commentaire:

A titre de comparaison, les dernières pluies ont provoqué des inondations dans nombre d’écoles marseillaises, dont certaines sont en Algeco. Là, il n’y a pas d’argent, mais pour minéraliser une place et y coller de la vidéosurveillance,on trouve 22 millions. Le choix des élus de cette ville est clair. Pas d’argent pour l’éducation, mais tout pour un semblant de sécurité et une montée en gamme; comme ils disent.