La Lutte Enchantée à Notre dame des Landes

Ce fut un peu comme l’Eurovision.( Mais en breton)
D’abord dans le bus numéro 8 affrété par la Conf du Var où dés 20h nous commençames à nous échauffer la voix. Des encouragements maigres nous parvinrent mais comme nous n’en avions pas besoin, nous avons répété avec les camarades varois les goguettes de Zad Partout.
Ensuite on a appris le programme officiel. Vers 10H 30 une première intervention d’une passagère ne nous intimida absolument pas. » Vous comptez chanter toute la nuit? » Eh oui c’était annoncé ma brav dame! » A chaque péage nous chantions Vinci Pourri.
Vers minuit passé, 3 degrés, et on passe Givors où l’on s’endort malgré l’envie de chanter tenace. 4 heures de répét nous avait cuit.
Mais dés 9h 30 arrivés à la Vacherit, on retrouve nos camarades de Lille, Toulouse et du Pilat et on attaque par Sebben que siamo Donne, et par Touchez pas à la Plaine. Histoire de marquer le coup. On avait du la chanter déjà 5 fois depuis le début du voyage. Grosse attraction vu qu’il ne se passe encore rien. Des jeunes et même des moins jeunes de toute la France, nous rejoignent et on chante tout le trajet soit 4 kilomètres vers Bellevue. Rencontre avec des choraleux de Nantes, Forcalquier etc…On s’époumone dans les champs avec Fils de Marin, Révolte, Plaza de mi pueblo etc… et on entonne Touchez pas…dans un très beau champ. On déroule nos chants italiens.
Arrêt au Q de plomb, une ferme occupée, on a chanté pour changer et manger: on a chanté un peu de tout, Petrolio, La Java des bons enfants, même du Cabrel bordel! Olives, pinard, le ciel devient à peine gris. On chante Touchez pas à La ZAD et à la Plaine!. On ouvre du Muscadet et des bières. On dévore de la Fourme d’Ambert! On nous invite à Montreuil mais nous on va pas à Paris. L’air n’y est pas vraiment bon.

On continue vers le lieu de rendez vous où se dirigent des milliers de marcheurs avec leurs batons. Une grande plaine magnifique avec des chapiteaux, des stands et un monde, mais un monde. Mamamia voi andare America…
Nous nous installons prés du chapiteau du cirque où…on chante en mangeant et buvant. Les bretonnes de Rochefort et Brest nous rejoignent, les Rouennais, des perpignanais et plus encore. Ca chante toute l’âpres midi avec des moments plus forts et avec plus de monde. La chorale Ivry arrive mais en retard!
Le soir une petite équipe, c’est à dire nous quatre, nous allons égayer un bar à rhum et nous chantons avec des quidams, Payandé et des chansons italiennes, Dime Bel giovanne, Et per la strada
Au Fest Noz comme on n’en pouvait plus d’attendre le départ, on a fait les chants de Carnaval de la Plaine sous le chapiteau. Et en particulier: Au cul la vielha! Le délire! Après des choristes moins inspirés gueulaient Tout le monde déteste la police! entre chaque chanson.
Le lendemain après avoir compté les pingouins durant la nuit, on a chanté quelques heures dans l’après midi. Et on a entonné la Ciotat pour se réchauffer le moral et Touchez pas à la Plaine, Rue des Lilas, puis on a refait tout le carnet de la Lutte Enchantée.
Et enfin on a pas chanté après Aix. On s’est écroulé à deux heures du mat. Sacré beau marathon.

img_17863

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s